La logothérapie

La logothérapie est une des approches les plus révolutionnaires en psychothérapie de ces dernières décennies. Une thérapie qui vous ouvre le champ des questions essentielles que l’homme peut se poser dont celle incontournable du sens de la vie.

Dans son livre « Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie »[1], le Dr Frankl fait état d’une enquête dont les résultats révèlent que 25 % des répondants européens ont un degré plus ou moins marqué de vide existentiel, alors que ce score atteint les 60 % chez leurs homologues américains !

Le vide existentiel se manifeste surtout par un état d’ennui. « L’ennui qu’éprouvent leurs patients donne certainement plus de fil à retordre aux psychiatres que l’angoisse », écrit V. Frankl.

Nombreux sont les suicides qui ont pour cause ce vide existentiel. On ne peut comprendre des phénomènes aussi répandus que la dépression, l’agressivité et la toxicomanie sans admettre le vide existentiel qui les sous-tend. ”

On voit de plus en plus de jeunes adultes qui n’ont pas de ” noyau stable ” en eux. ” Ils n’ont pas connu assez de stabilité dans leur enfance pour développer leur identité. Souvent, ils n’ont pas développé plus de tolérance à la frustration. Les couples fluctuent et les emplois sont précaires. En revanche, il y a des avantages aux temps que nous vivons. Le niveau de psychologie ambiant n’a jamais été aussi élevé. De plus, nous sommes exposés à une grande diversité culturelle, ce qui nous permet de relativiser notre point de vue et de ne plus croire en des vérités absolues.

Lorsqu’on trouve un sens aux événements de sa vie et à sa vie elle-même, la souffrance diminue et la santé mentale s’améliore.

Le docteur Frankl attribue le vide existentiel à la double perte qu’a subie l’homme. Au début de son histoire, l’homme a perdu une partie des instincts fondamentaux qui régissent le comportement animal. Devenu conscient de son existence, tout au long de sa vie, il est contraint de faire des choix. La deuxième perte : c’est la perte des traditions. Ainsi, ni l’instinct ni la tradition ne dictent la bonne conduite. Lorsqu’il ne sait pas ce qu’il veut, il règle sa conduite en fonction du désir des autres.

Ne nous méprenons pas, la logothérapie n’est pas une simple philosophie de la vie pour nous aider à supporter nos petites blessures. Cette approche thérapeutique a été actualisée dans la situation la plus sombre que l’humanité a connue. Je veux parler de la Shoa. Dans le chapitre sur Viktor Frankl, le fondateur de cette méthode, vous découvrirez comment dans son expérience des camps de concentration, ce médecin a pu aider des centaines d’êtres humains à éviter la solution du suicide.

En logothérapie, le thérapeute joue le rôle de miroir révélateur puisque l’essentiel des solutions est chez le patient. De même ce livre doit permettre au lecteur de devenir son propre acteur de changement. L’objectif est d’accompagner le lecteur à faire vivre le sens qu’il souhaite donner à sa vie par la réalisation d’un projet de vie.  Les résultats seront proportionnels à son implication dans les exercices que nous proposerons. « Vous devez être le changement que vous voulez voir dans le monde. », nous dit Gandhi.

Les anciennes œuvres philosophiques étaient une thérapeutique de l’âme avec des exercices spirituels pour nous aider à évoluer.

En effet « nous savons qu’un discours qui ne conduit à aucune saisie donnant lieu à un changement est un discours vide »[2].

Mais ce pouvoir de se mettre en action à travers le logos c’est-à-dire la raison ou le sens, s’est progressivement perdu. C’est ainsi que contrairement aux philosophies de l’existence, la logothérapie, donne corps à une pratique thérapeutique du changement.

Mais tant que l’homme ne s’ouvre pas aux perceptions des forces spirituelles de son âme, il ne peut comprendre le véritable enjeu de ce monde ni la véritable nature de l’être humain.

Le docteur Frankl, a eu l’occasion d’en découvrir chaque jour l’importance lors des trois années passées dans les camps de concentration et de ses 60 ans de pratique de la psychothérapie. “L’être humain a un besoin primordial de donner un sens à sa vie[1], affirme-t-il. Alors que Freud disait que les névroses des hommes découlent de ses frustrations de plaisir, (besoin de recevoir), de ce monde avec une centralisation sur la sexualité, Viktor Frankl affirme que l’homme est frustré dans sa quête du sens. (Besoin de donner). « Là où vous êtes, la situation que  vous vivez, vous interroge sur le sens.[2]

[1] “Découvrir un sens à sa vie » V. Frankl

[2] idem

[1] (V.Frankl, Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, Editions de l’Homme, 2006)

[2]Epicure  fragment 25

3 Comments

  • Laurence

    Reply Reply 18 octobre, 2015

    Donner du sens
    Le but
    Chercher le sens
    Le chemin ,la quête .
    Le but se dérobe souvent l arrivée est décevante dans le mouvement permanent d’une vie’
    Arrive t on un jour? Le résultat est fluctuant mobile impalpable insaisissable irrationnel
    Je crois faire un choix ,trouver un sens, mais je suis prisonnier d’un monde intérieur qui me manipule et pourtant je fais un choix ,
    j y suis et ce n .est pas ce que je croyais
    Tout ce chemin et pas plus
    Si , je sais que je ne suis pas là et c’e n’est déjà pas rien
    Je m’éloigne du néant qui peut m engloutir

    Car on n’arrive jamais tout à fait a donner un sens
    Le sens prend son essence dans la vie et conserve comme elle ses mystères,incertitudes et se dérobe quand on veut le saisir, le cadrer,rationnaliser,
    Pour s’ouvrir sur d autres voies
    Perdu dans ce labyrinthe, je me perds autant que je me trouve
    Mais je me grandis d’explorer mes ressources instinctives de vie de survie pour surmonter la soufrance la maladie les épreuves….
    Mais je cherche et dans ma quête j’existe car je me situe par rapport au néant, au dessus sans me laisser happer ,noyer.
    Je cherche donc je suis
    Il me faut aimer le chemin

  • Benjamin

    Reply Reply 13 octobre, 2015

    La sagesse traditionnelle juive nous propose un mode de vie qui a pour but de donner/révéler le sens de l’existence de chaque créature et de chaque situation, afin de pouvoir reconnaitre ce que la vie attends de nous, et ainsi évoluer sur le chemin de notre mission personnelle et générale.

    D’autre part, cette sagesse nous met en garde à propos du « domaine pulsionnel de l’homme » en nous rapportant qu’il y aurait trois « traits de caractère pulsionnel source », qui feraient de la vie de l’homme un véritable labeur, et que ces trois choses seraient : le désir de l’argent/pouvoir, le désir de la bouffe et le désir du sexe. Le judaïsme nous enjoint donc à éviter de rentrer dans ces domaines, plus que de besoin, afin que l’argent/pouvoir, la nourriture et le sexe soient au service de nos missions, plutôt que d’en être les agents perturbateurs.

    On voit donc que la sagesse juive nous propose d’aller vers un but : « le sens de l’existence / la mission », et nous met en garde à propos du domaine pulsionnel, qui, s’il n’était pas utilisé à bon escient, ne ferait que nous dévier du sens de notre vie et créerait ainsi un vide existentiel.

    C’est exactement ce que je retrouve en lisant « Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie » et « le Dieu inconscient » du Dr Frankl.
    J’ai trouvé dans « le Dieu inconscient » une explication qui différencie la « psychothérapie/psychanalyse » de la « logothérapie : Le Dr Frankl écrit : « la psychothérapie est l’analyse du domaine pulsionnel, alors que la logothérapie est l’analyse du domaine existentiel ».

    Et c’est aussi l’idée que je retrouve, sous une autre forme, dans l’avant dernière phrase du texte ci-dessus :
    « Alors que Freud disait que les névroses des hommes découlent de ses frustrations de plaisir, (besoin de recevoir), de ce monde avec une centralisation sur la sexualité, Viktor Frankl affirme que l’homme est frustré dans sa quête du sens ».

    De mes propres expériences, j’ai effectivement vécu le fait que travailler sur mes pulsions et mes manques m’est paru comme étant totalement inefficace, alors qu’à partir du moment où j’ai cherché, puis trouvé, puis activé le sens de ma vie / ma mission, mes frustrations dues au « manque de recevoir », et les pulsions qui les accompagnèrent, ont enfin totalement disparu de ma vie.

    Je suis donc, par ma propre expérience, plus que convaincu de l’efficacité de la méthode du Dr Frankl, et j’espère que l’on saura donner, aux personnes qui en ont besoin, la possibilité de connaitre l’existence de la logothérapie, qui plus est, si elle est associée à la sagesse traditionnelle.

    • leoguez

      Reply Reply 13 octobre, 2015

      Merci Benjamin. C’est exactement ce que j’ai pris comme but. Transmettre ces deux sciences Logothérapie et sagesse hébraïque dans un même cadre. Je vois que tu as bien compris l’objet de notre école. C’est un plaisir de t’avoir comme élève.

Leave A Response

* Denotes Required Field