Le Vide et la Vie

Bonjour,

Pourquoi ce titre le vide et la vie?

Liste projet-sens:  Pour ceux qui l’ont manifesté le module 4 est ouvert. Une surprise vous y attend mais pour comprendre, bien suivre le contenu de cette article.

Toute naissance ou renaissance, commence par le vide.
Parfois on se sent vide, ce qui signifie qu’on a un creux qui est un appel à un besoin de changement. Malheureusement nous n’avons pas toujours les outils d’écoute de ce silence qui s’installe en nous. Alors ce sentiment de vide est mal perçu et nous cherchons à le remplir au plus vite. Quand il n’est pas transféré à l’estomac, ce vide va chercher d’autres solutions que je n’ai pas besoin de décrire dans cette page tant elles sont connues.

Alors que:
La vie n’existe que par l’espace vide qui nous permet le mouvement. Les objets de notre vie n’existent que par le vide qu’ils occupent.
Pour donner vie à autre que soi, D.ieu a fait un vide en lui. Pour donner vie à autre que nous-même nous devons lui laisser un espace d’expression.

Voir l’article et les vidéos postés à Métasophia sur le sujet. Tsimtsoum et logothérapie

Ex vu dans l’introduction à L’arbre sacré de la Kabbale: « Avant que le monde fut créé, Lui et son Nom était Un. 
Par sa volonté, il rétracta (Tsimtsèm) sa lumière afin de créé toutes les créatures. Il donna un espace (Makom)
Il n’y a point d’existence qui n’ait son espace ».

Pour les amateurs d’ésotérisme, j’ouvrirai un site spécifique pour approfondir ces questions.

Cet essentiel qu’est le vide je vous l’offre au module 4. Il faut juste que je puisse connaître votre motivation à poursuivre le dialogue. S’il se présente comme un espace vide, c’est pour vous donner en premier temps un espace libre, la suite du texte sur l’arbre sacré sera mon support d’échange.

Commentaire et confidentialité des échanges :
J’entends bien que certaines personnes souhaitent garder la confidentialité des échanges. C’est même indispensable dans un travail sur soi qui nous ouvre vers nos essentiels. C’est pourquoi j’ai créé une approche à plusieurs niveaux.

Les Passant(e)s
Les articles sur les sites avec leurs commentaires sont ouverts à la lecture pour tous les membres comme aux « passants ». Ici la relation est Je-Vous. Comme vous l’avez compris, j’aime ces passant(e)s qui par la magie du hasard se retrouve dans un de nos sites pour cueillir quelques graines de sens. Et c’est pourquoi que je continuerai à donner et à donner de nouveaux articles sur ces questions de sens et de bon sens. Avez-vous lu mon petit poème sur les passant(e)s? Vous le retrouvez à la fin de l’article à lire et relire sur l’alliance Je-Tu ICI

Il reste évidemment la relation par skipe ou par mail. Mais n’oubliez pas que l’essentiel restera le jeu miroir avec vous-même.

Les membres inscrit à la partie des modules « Projet-Sens »en accès gratuit. 
Les commentaires à l’intérieur des modules 1 à 3 ne sont ouverts qu’aux inscrits à la liste. Ici la relation est « Je-tu » et « Je-nous ».  Nous sommes encore ici dans un espace semi-ouvert c’est à dire à ceux qui se sont inscrit. Et tout « passant(e) » peut rejoindre le groupe à tout moment ne serait-ce que par simple curiosité.  Vous avez compris que j’aime ses curieux qui ose franchir ce premier pas sans aucun engagement, et venir glaner un peu plus en profondeur ce qui peut se dire dans ces modules. Et c’est dans ce sens que je continuerai à alimenter ces 3 modules pour partager et commenter encore et plus encore ce qui fait sens pour ce groupe. 

Le cycle de modules 1, 2 et 3 restera ouvert à ceux qui s’inscrivent sur la liste projet sens. Ces 3 modules évolueront également avec le temps. C’est déjà un premier niveau de communauté d’échange. Si vous n’êtes pas encore inscrit ou si vous pensez que d’autres personnes parmi vos amis puissent être intéressées, partagez la vidéo de présentation avec ce lien http://1tpesq.net/sqz-leoguez-2.html , ou par la page d’accueil de ce site

Module 4
Tout cela ça fait un peut désordre, on donne à tout va sans savoir qui reçoit et ce qui est réellement reçu.
Le module 4 va mettre un peut d’ordre avant le lancement du programme proprement dit.
Avec ceux qui passe le filtre naturel des affinités , j’ouvre un espace de partage sur la suite à donner. J’expliquais que le 4 dans la culture hébraïque correspond à la lettre Daleth qui signifie la porte. Une porte qui nous ouvre vers ce qui sera le véritable cheminement du projet-sens que je souhaite développer avec ceux qui se sente véritablement concerné.

Ici commencera un échange ou le nous peut devenir ce que nous avons déjà nommé le « Noos » philosophique. C’est-à-dire l’ouverture au logos et à inconscient spirituel, par le partage collectif dans une communauté d’échange.

Prochains articles en cours de création: Les questions qui nous ouvrent vers notre essentiel.  

Elie Guez

 

4 Comments

  • GALINDO Geneviève

    Reply Reply 20 avril, 2015

    Bonsoir,

    Je ne sais pas bien ce qu’est le vide dont il est question. Pour ma part, j’ai longtemps cherché Quelqu’un ou cherché à entendre quelque chose mais aujourd’hui j’accepte qu’il n’y ait rien. Donc je connais le silence, là où en moi je tente de prendre le risque de me taire, de faire taire le flot de mes discours intérieurs, de mes fausses aspirations illusoires. Je reste là et je fais silence. Je n’entends rien durant ce temps, mais je constate seulement qu’au cours de ma journée, je suis plus présente à ce que je vis, à ce qui m’inspire, aux gestes et actes que je pose, aux rencontres fortuites, … Bref aux imprévus extérieurs mais aussi à ce qui me surprend, alors que ça sort de moi : un mot ou une phrase prononcés avec justesse ou un geste posé ou une compréhension plus claire de ce que je vis présentement ou un élan intérieur ou…. Ce qui me surprend et que je perçois comme venant d’un au delà de moi même, c’est cela qui me nourrit, qui nourrit mon âme. Moi, je ne comprends rien de ce qui se passe mais j’ai parfois le sentiment très furtif que ce que je vis dans ce lâcher prise (de vouloir comprendre ce qui se passe entre je et tu) est juste parce que ça répond à une question intérieure que je porte ou bien que, inconsciemment, je réponds à une question intérieure de l’autre et ce, sans avoir eu à passer par un échange de contenu. Certains parlent de synchronicité. Est-ce cela le vide qui permet l’émergence du Logos ?
    Au plaisir de vous lire,

    • leoguez

      Reply Reply 20 avril, 2015

      Ton non « savoir » semble « connaître » plus qu’il n’en dit.
      L’expérience personnelle que tu vis est ce qu’elle est, que ce soit selon ce qui se nomme vide ou silence.
      Maintenant selon ma lecture qui de ce fait n’est que relative puisque réfléchie alors que ce que tu exprimes est du vécu.
      Si je fais une distinction entre le vide et le silence, selon ma lecture ton expérience du silence te mène à vivre une expérience du vide dans l’espace des phénomènes ce qui te donne une perception plus dépouillée des « bruits » du mental.
      Le vide correspond à l’espace, la matrice qui donne existence. Faire un place à l’autre lui permet d’exister. C’est pareille dans la communication, faire silence permet à l’autre de s’exprimer.
      Mais bien que tout est Un, je distingue le vide du silence comme dans notre monde on distingue le temps et l’espace.
      Le silence est certes une autre forme d’espace, mais peut-être, plutôt en rapport avec la relativité du temps.
      Un arrêt sur le temps qui défile, qui ne se rempli plus de nos pensées, dites en mots quand ce n’est pas en maux, donne ce silence dont tu parles.
      Ce silence donne accès au logos, dont nous parlons dans l’article sur l’alliance Je-Tu, sans trop le définir.
      C’est l’expérience du prophète Elie qui n’entend pas la Voix dans les « phénomènes » de l’espace, mais l’entend dans le murmure du silence.
      C’est la réponse faite à Job devant son désarrois: « Tais-toi et je t’enseignerai« , (Je te alepherai dans le texte)
      Aleph lettre divine qui ne se prononce pas!!!
      Cette expérience intérieure du silence qui permet d’entendre « la voix qui indique la voie » tel que je l’exprime dans mon projet et bien à mon sens cette instance qui transcende l’individualité pour dire, en nous, « là nous en sommes ». »là où nous allons »
      Par contre le travaille sur le vide touche la question existentielle. Je ne peux exister si tout est plein de moi. Il me faut me délester d’objets certes, mais aussi d’une partie du moi qui me fait être une « personne ». Une personnalité qui est tout autant objet de l’être que « je suis ».

      Quand je dis que j’ouvre un espace vide dans le module 4, c’est un espace ou ma parole reste absente pour mieux entendre ce qui se dit en toi et en l’autre, entendre vos attentes, votre perception, sans intervention, réaction ou réponse de ma part. juste une écoute bienveillante. Et ce pendant un certain espace temps que je ne pose pas encore et qui donnera naissance en son temps d’une proposition de travaille d’un collectif qui se sera reconnu dans la démache. Je continuerai à alimenter les modules 1 2 et 3 parfois en effet miroir ou en réverbération de ce qui se dit.
      Tu vois Geneviève, la magie de la rencontre, c’est que nous écrivons dans un espace ouvert, je ne sais pas qui lira ou résonnera, c’est l’oeuvre de la synchronicité qui fera que cela soit lu par un « passant » ou non.

  • annie

    Reply Reply 20 avril, 2015

    le vide et la vie
    quand il y a un trop plein ca deborde!!!et c est logique et incontrolable
    ca deborde malgre soi!
    et rien de nouveau ne peut entrer
    faut faire le vide en soi pour qu une nouvelle lumiere nous remplisse et trouve sa place
    c est comme une chambre encombree ou les fenetres sont cachees par des cartons et autres
    faut vider pour ouvrir la fenetre et laisser entrer la lumiere
    notre travail de vider est difficile parce qu on a peur du vide de la vie
    et pourtant ce vide est necessaire faut l apprivoiser

    • leoguez

      Reply Reply 20 avril, 2015

      Bien vu!
      Je crois que tu vas comprendre pourquoi je propose un module Vide.
      Le module 4 t’est ouvert, vide de contenu pour laisser les lumières passées avec ceux qui ont passé l’épreuve non écrite. Elie

Leave A Response

* Denotes Required Field