Ceci est une vrai fleur ! une offrande du
sacré de la nature 😉

Page Vacances 4-2
Un échange à deux pour "noûs" (Noos)

Le Noûs ou Noos, c'est en philosophie l'intelligence, ici pour "nous", ce Noûs est l'intelligence collective.
J'ai des échanges en individuels qui méritent d'être mis au service de "noûs".
Avec la permission d'une "sacré nature" en G.P, je vous partage ici son "coucou" et ses noix de coco en avant première du programme qui se construit 😉
Cet échange me semble important pour avoir une idée de la suite à donner à ces "devoirs de vacances" qui se terminent dans quelques jours. C'est aussi une façon de partager son silence du "Aleph" qui en dit plus qu'un murmure.

shadow-ornament

Nous avons des personnes qui partagent par écrit d’autre qui préfèrent le faire en individuel, quelques-uns encore sont sympathisant et restent en observateur.
Dans certains de nos entretiens individuels, nous clarifions des choses qui à mon sens méritent d’être partagé pour tous (mais pas tout évidemment). Avec l’autorisation de G.P je vous partage un extrait d’échanges mails qui à mon sens nous permet d’avancer sur le projet.

GP- Je trouve la forme de tes modules parfaite, bien plus claire que la précédente. Après, pour le reste… La vraie question pour moi est comment dire, et est-il bon de dire, ou vrai, quand on ressent que sacré et secret méritent surtout le silence… ?
Je reste là, un peu à côté. Car finies les formations, les diplômes, les compétences professionnelles, les café-philos. Je reste à côté, peut-être pour entendre encore une fois le non-bruit du « Aleph ».

Nb : je te le redis, ta singularité, c’est d’être le Tu de la relation livrée à domicile. Et tu sais l’être et le vivre. Et tu en sais le sens. Et tu crois que ce n’est pas suffisamment énorme Tu continues juste à livrer à domicile le tu de la relation. C’est un très beau projet-sens.

EG - En ce qui te concerne je sais... /…

En ce qui me concerne la question ce serait pourquoi encore ?
J’aime ce métier, Et plus, encore, vocation, mission, projet-sens, qu’importe le mot, je sais que j’ai à le partager encore.
Ce que je ne sais pas c’est combien de temps encore, car cela dépend de beaucoup de variables qui ne sont pas sous mon contrôle.  Mais mon projet est de créé une approche que peux être développé sans moi. (Ou, sans mon moi),
A la question s’il ne me restait que 6 mois, je terminerai ce que j’ai commencé.
Mes livres, le livre inachevé, le livre suicide et kabbale, celui du Dieu inconscient,

Le compagnonnage avec les 32 voies de la sagesse ( 22 lettres et 10 séphiroth),

La kabbale avec les derniers chapitres des directions de la voie divines,

« Fini les formations les diplôme », dis-tu, c'est ce que j'ai écrit, nous passons en master-mind et validation.
Pour le reste j'y répondrait en partie en collectif, dans ma synthèse. Mais c'est encore prématuré.
En fait je n’ai pas encore défini quelle suite à donner, je pense le faire d’ici quelques jours.
C'est juste un coucou pour te dire bien reçu. Et comme d'ab tu viens secouer le cocotier, sacré nature 😉

GP …/ J’ai compris aussi que ce que je te disais sur ton projet-sens était aussi à méditer pour moi-même. Quand je parle du je-tu, c’est pour moi une première fois, et c’est parce que je lis le livre de Buber.
Je cherche avant tout …/ …  Tu vois, ton travail m’a permis d’avancer…/

Quand je t’écris que tu livres le « je-tu » à domicile, c’est en connaissance de cause et c’est un très beau projet-sens, je dis là quelque chose d’énorme ! Tu te rends compte ce que c’est que d’être l’intermédiaire qui met en relation et dévoile ce qu’elle est-cache-ouvre ? Si c’est fait en conscience…c’est magnifique.
Et c’est pour ça qu’il ne faut peut-être pas l’énoncer en clair.  

En tous cas, je viendrai aux rencontres collectives que tu proposeras (dans la limite de mes disponibilités).  …/

E-G : Il faut que tu saches puisque tu le sais déjà que le « je-tu » est une relation ou je, comme le tu, sont deux « je » face à face. Cela pour éviter la relation du « je » avec un ça.
Et ça j'essaie de le vivre dans toutes mes relations. Evidemment pas avec la même singularité, car chaque « Tu » est différent.
Aussi dans un entretien de compagnonnage le jeu est d'effacer en quelque sorte son « je » pour laisser le tu de l'autre s'exprimer.
Il y a aussi ce Tu de la transcendance que chacun recherche à son niveau selon son vécu ou son appartenance. Là encore le jeu serait d'effacer son « je » pour laisser le Tu s'exprimer en Soi.

Ça correspond au « tsimtsoum » du moi.
Ceci est dans un « je-tu » d'un face à face à deux

Ce que j'essaie de faire dans mon travail avec un groupe c'est de créer un « je-nous » à l'identique du « je-tu ». Et dans ce cadre mon « je », existe autant dans le « je » face au « nous » que dans le « nous » du collectif. Et j'invite chacun à faire de même. C’est la différence entre un master mind et une formation, même si je suis le régulateur, j’existe dans le groupe.
C’est pour cela aussi que le master mind ne peut être constitué que d’un petit groupe de personnes sensibilisées par un même sujet.

Ceci pour te dire que nous ne perdons pas notre « je » ni notre « jeu » dans un collectif, parfois il s'adresse à un autre « tu » en réponse à un de ses commentaires, parfois il s'adresse au « nous » du groupe, parfois il s'adresse à lui-même " moi jeu pense que je » ...), parfois il est associé « nous » du groupe et profite de la démultiplication de sens par la synergie du groupe. (Intelligence collective)

J'ai décidé pour ma part de faire ce métier de transmetteur, de compagnon thérapeute ou de guide, tout en partageant mon questionnement. Ce qui me semble être un plus que d’être simplement formateur qui transmet son savoir.
J'ai décidé de le faire non pas dans une communauté singulière comme beaucoup font, mais dans une communauté plurielle en termes de croyance ou d'appartenance. Ceci tant pour un cadre d’« apprenti-sage » sur des sujets d’intérêts commun. D’où le terme de « l’école Meta-Sophia »
Tu vois G. tes questions même si semblent être dérangeantes, permet de clarifier le « clair-obscure » de la démarche.

En ce qui concerne le groupe, je redonnerai ce qui me semble juste, sans pour autant faire l’économie des entretiens personnels qui est indispensable pour un suivi individualisé.

G-P :

Cela m’a permis de comprendre en effet ce que tu exprimes maintenant, et dont je n’avais pas pris la mesure. Ta construction d’un nous-je-tu-il-etc…que tu alimentes au mieux, et qui permet à chacun de faire une expérience à son niveau…/
je constate seulement que les anciens, comme moi, ….se taisent…/
Je suis intéressée par le ou les séminaires que tu proposeras, parce que les gens m’intéressent même si je n’ai pas exactement les mêmes préoccupations, et parce que ton système est efficace pour le dévoilement de soi-même (même en se situant en opposition).
Bon. Je préfère qu’on se parle, ou se skipe, car je crains d’être assommée par le vol de noix de coco… J J J

Nb : je ne sais pas expliciter ma demande…/ … De toutes façons tu es à la hauteur de l’accompagnement à cause de tout ce que tu sais, ou sens, ou est, et que je ne sais pas ( par exemple effacer le je… mais moi j’ai plutôt l’impression que mon je il s’efface tout seul d’office, et que mon avancée ce serait plutôt de le maintenir . Pour qu’on soit vraiment deux)…/…
Y compris kabbale, lettres, Ramrhal etc….  Aide-moi à clarifier, voilà ma demande…

E-G :  Pour les anciens : Tu dois parler des anciennes réunions du mardi sur la kabbale. Tous n’étaient pas dans le "jeu du je" ... Et n’entre donc pas dans le compte des « anciens ».
Parmi les anciens du "Compagnonnage de soi" combien d’actifs ? 8, 9, 10 sur 20 ? Dans tous les groupe j’ai retrouvé cette proportion, moitié/moitié.
Aujourd'hui tous les actifs sont encore présents
, des « silencieux », jusqu'au "auteur de soi ou du Soi", et personne ne se tait  (Aphorisme de la PNL on ne peut pas ne pas communiquer)
Nous avons dans ce projet de vacances Toi, Pierre, Sonia, Sophie, Mathilde, Geneviève G, Virginie, Grégorie, Maurice, + moi (soit : 10 anciens sur 20 ! Les autres, pour une partie ne pouvais pas participer à ces modules d’été et attendent la suite. A ce jour je n’ai eu qu’une demande de désinscription. C’est du jamais vu depuis que j’organise des formations.
Ce n’est pas encore gagné, mais sans internet c’était perdu d’avance 😉
Tu comprends ?
Quant aux nouveaux idem des silencieux et des écrivains. 10 inscrits sur 30, énorme !
Et personne ne se tait, j'ai le contact direct ou indirect avec tous

G-P  «
Y compris kabbale, lettres, Ramrhal etc….  Aide-moi à clarifier, voilà ma demande…»

E- G
Clarifier : C’est la demande de tous. Je reprendrai la semaine prochaine cette synthèse suivi des objectifs

Mais déjà je dis Oui pour « Y compris Kabbale, lettres, Ramhal… » C’est aussi une demande de tous.
Comment ? A l’identique que la première session, nous aurons un programme de compagnonnage de soi basé sur des portes symbolisées par les lettres hébraïques.

Pour ceux qui veulent aller plus loin ; en option nous reprendrons l’enseignement du Ramhal, mais cette fois avec suivi.   Je prévois plus encore, comme, les « engendrement de « l’être » dans le programme biblique…  L’enseignement des thérapeutes d’Alexandrie

2 Les entretiens individuels, Oui, c’est aussi une demande générale mais peut-être pas de tous.  Ceux-ci peuvent être lors d’une présentiel, en skipe, téléphone, échanges de mail, ou un mixte.

Ce principe marche déjà avec quelques personnes qui en ont fait la demande.

Nous garderons aussi le principe des pages individuelles pour vos écrits
Et plus encore…  Ex une page face-book privé.

3 Le coaching existentiel : Pas de formation, Oui, je veux dire, non, pas sous la forme des formations classique ! Ce qui ne présuppose pas que nous ne soyons pas formés et informé…
Ce que je veux dire c’est que pour les professionnelles de l’accompagnement ou de l’enseignement, coach, thérapeute, ou cordonniers 😉, le master mind est beaucoup plus formateur que la formation. Nous aurons un programme de base avec la logothérapie ainsi qu’une autre vision des outils classiques du coaching, que j’animerai. Mais il y aura aussi des sessions non programmées où nous « plancherons » sur une compétence ou un outil animé par un participant.

Il me reste à faire la clôture de l’espace vacance, et à préparer les offres. (J’ai du boulot sur la planche)
J’en profite pour annoncer que les entretiens individuels en avant programme sont ouvert.
Que le lancement du projet devrait commencer en septembre,
Que nous aurons plusieurs journées en plénières entre octobre et mi-décembre à Nice.

Je vous dis à très bientôt pour la synthèse.  Elie

 

Et toi tu en penses quoi ?
Est-ce suffisamment "pas trop clair" ?
Tu souhaites autre chose dans cette avant programme ?
D'autres partages ? 


Laisse un commentaire, ne serait-ce qu'un simple OK, j'ai vu pour que la nouvelle page s'ouvre. 

Tout se construit dans la progression de nos questions.
D'où l'aphorisme des Maximes des pères:

"Le timide ne peux accéder à la sagesse"

2 Comments

  • leoguez

    Reply Reply 28 août, 2017

    Réponse de Geneviève P
    Elie, merci de mettre ce commentaire à la suite si tu peux….
    « Alors voilà…me voilà rentrée dans les tuyaux ! ce que je voulais dire, c’est que quelle que soit la manière dont nous percevons-vivons-comprenons le je, le tu, le il, le elle, le nous, le vous, le ils, Elie va mélanger tout ça, et nous obliger à faire bouger nos lignes . Et je pense que dans l’aujourd’hui du monde, c’est quelque chose d’important.
    Voili voilou. Salut à vous tous, à bientôt de vous voir en chair et en os. En attendant, je retourne dans le monde du silence qui est mon élément naturel »
    A Plus

    • leoguez

      Reply Reply 28 août, 2017

      C’est une réponse à Geneviève.
      C’est un bon tuyaux que tu nous livres là 😉
      En plus comme tu le sais en Kabbale, avec tous ces tuyaux pour le passage des flux, le travail consiste à déboucher les tuyaux pour laisser passer la lumière, ( notre métier de coach kabbaliste-plombier) puis de rebrancher les circuits ( notre métier de coach kabbaliste-électricien). ça commence à bouger au niveau des lignes 😉

* Denotes Required Field