Quel est le but du but ? 

Page Vacances 3-2

Du haut de la pyramide de la roue de la vie.
Je me relève et bien que la vision ne soit plus de l’ordre d’objectif de type « SMART » où autres, je replonge sur les 8 critères d’objectif dans une piscine remplie d’eau. (les eaux de nos commentaires)
PS vous savez qu’en hébreu piscine et bénédiction ont la même racine ( BeraHa)
Le dossier des 8 critère a été reposté dans le module 3

shadow-ornament

Suite à nos commentaires, nous allons maintenant passer sous la sellette, le projet dans sa nouvelle version Met-ta-vision.
Commençons déjà par faire simple avec le bonus « C-Q-Q-C-O-Q-P ».

Comment ? Je garde le principe des 10 portes avec des rencontres et un approfondissement en master mind pour la formation, + des séminaires de kabbale existentielle pour ceux qui veulent aller plus loin.
Le livre « mon coaching existentiel sous sa forme inter-actif pour ceux qui prennent l’option d’écriture du livre de leur vie.
Plusieurs options ; personnelle ou professionnelle, avec ou sans suivi, + possibilité d’entretien individualisé, suivis de cours ou supervisions (déjà mis en place) selon les besoins et les options choisies.
Je lâche le marketing classique avec son « tunnel de vente » pour la mise en place d’un « tunnel d’achat ». Un peu sous la forme de cette croisière vacances qui pourrait être présenté sous une forme de candidature.
Ceci était en germe dans mes articles « je bloque » et dans « mon marketing éthique », il se formalise grâce à vos commentaires.

QUOI ?
Je lâche l’idée du « projet-sens ». Cela demande trop d’investissement de Soi et de désinvestissement du moi. En fait cet essentiel vient naturellement en chemin suite à notre avancement sur l’existentiel. Cela viendra donc en son temps dans le parcours du « compagnonnage de soi ».

Je lâche l’idée de formation en coaching existentiel pour celle de rencontre en master mind sur sujet spécifique. Je comptabilise des UV pour la validation professionnelle.
Le compagnonnage servira de pont pour la partie professionnelle comme pour celle de la kabbale existentielle.
Je partagerai en master mind ma vision méta des outils classiques du coaching pour passer des questions existentielles aux « essentiels ».

Tout comme Viktor Frankl, a pu voir plus loin comme un nain sur les épaules d’un géant, je partagerai ce que j’ai découvert de la logothérapie en tant que petit nain sur les épaules du grand nain sur les épaules d’un géant.
Je partagerai ma vision méta sur les épaules des géants du développement de la personne humaine.
Je partagerai ce que j’ai reçu à être donné en kabbale existentielle.
Je partagerai le désencombrement et l’installation du sacré dans nos demeures (porte Beth)
Je partagerai, le mouvement, le lâcher prise du connu pour sortir de sa zone de confort et aller là où la voix nous indiquera la voie ( Porte Guimel)
Je partagerai le passage (Porte Daleth)
Je partagerai le souffle ( Porte Hé)
Je partagerai le regard des origines et du passé pour mieux comprendre la vision du futur. (Porte Vav)
Je partagerai le non agir avec l’arme à double tranchant pour apprendre à mourir vivant de notre vivant ( porte Zaïn)
Je partagerai le renouveau, vision du monde vrai ( Porte Héth)
Je partagerai le retour à la matrice (Porte Teth)
Je partagerai la naissance du simple point des origines ( Porte Youd)
Jusqu’à l’écoute du murmure du silence (Porte Aleph) qui ne peut être partagé au risque de faire du bruit, mais que chacun peut entendre en lui.
Et puis pour ceux qui veulent expérimenter l’échelle de Jacob, il nous restera à descendre pour remonter à l’image des anges de la vision de Jacob,
J'ouvrirai le livre de la formation pour découvrir les 32 voies de la sagesse
Je terminerai le livre "les voies de la direction divine pour entre-ouvrir et les 138 portes de la sagesse…

QUI ?  Pour qui ? Particulier ou professionnel qui résonnent à la démarche tel quelle sera présentée, avec ses non-dits.  Qui passent le cap des filtres mis en place. Le tout pour entrer en confiance, même si le chemin n’est pas clairement défini du fait qu’il se construit en marchant, et qu’il peut être différent selon les besoins, le rythme ou la demande de chacun.

Combien ?
Je limiterai le nombre de participants en fonction des options choisis. Le prix sera déterminé en fonction des options. Reste à voir comment faire avec le filtre du prix. Trouver la juste mesure sans perdre la mesure…

Où ? Internet + des lieux à déterminer pour les rencontres et les séminaires.

QUAND ?  A la fin de notre croisière de vacance.

Nous voici arrivé à la question existentielle pourquoi ? Où essentielle Pour Quoi ?
Selon le positionnement que je me suis donné, c’est-à-dire celui de la limite de temps qui m’est donné pour poursuivre ce partage.

Mon pourquoi, est de « terminer » ce qui a été mis en place, même si je sais que l’ouvrage sera toujours inachevé.

  • Mon Pour Quoi, est que ce travail puisse perdurer au-delà du temps qui m’est donner à investir dans cet ouvrage.Quant au Pour Quoi du « client » c’est-à-dire ses bénéfices j’en parle dans le but du but.

    Si maintenant je regarde le procédé des 8 critères pour un objectifs, il me faudrait décomposer ce « but » qui n’est pas totalement sous mon contrôle en plusieurs objectifs. Je ne vais pas vous encombrer avec ces différents objectifs, et plan d’action mis en place ou à mettre en place.
    En fait je lâche la formule « objectif », nécessaire certes pour nombre de projets.
    Je me positionne sur l’alignement avec le shéfa, (l’influx), maître du sens.  Je "débloque à Sion" et je me laisse conduire là où le client souhaite aller avec la vison donnée pas l'en haut.Je me contenterai ici de travailler le dernier c’est-à-dire faire monter le sens du projet.Quelle est le but du but ?  A mon niveau.
    -  de répondre aux besoins essentiels de notre partie invisible.
    - De laisser quelque chose sur mon passage
    - d’apporter un supplément d’âme aux compagnons de route.
    - D'accompagner la personne humaine vers ce qu’elle a d’essentiel en elle.
    - De réaliser mon projet sens
    - De faire école
    - Etre élève et enseignant de cette école de vie.
    - Etre en chemin
    - Rester étudiant de la sagesse pour de nouvelles aventures.
    - Apprendre à recevoir, d'apprendre à donner
    - Apprendre à aimer, apprendre à être aimer.  ( Est-ce que cela s'append ?)

Et quel est le « résultat client », tous ces mêmes bénéfices, puisque le programme est centré « l’apprendre à donner à la juste mesure ».  Tout ces bénéfices ne sont que pour mieux donner.

Finalité de tout ça, il n’y en a pas car il n’y a pas de fin lorsque le regard plonge vers l’infini.

La semaine prochaine nous travaillerons sur la module 4 et sur l’équation du changement.

Je te dis Pour Quoi je fais tout ça.
Et toi Pour Quoi tu es là?
Est-ce que tu te reconnais dans les bénéfices annoncés ?

Est-ce que tu aurais d’autres bénéfices en vue en suivant ce programme ?

En fait ce que je propose c'est de construire ton chemin et de récolter tes propres fruits.  Sachant que tu ne seras pas seul(e) à les déguster.

Laisse un commentaire, ne serait-ce qu'un simple OK, j'ai vu pour que la nouvelle page s'ouvre. 

Tout se construit dans la progression de nos questions.
D'où l'aphorisme des Maximes des pères:

"Le timide ne peux accéder à la sagesse"

9 Comments

  • Allez je saute dans la piscine du Pour Quoi !
    Pour Quoi suis là ? j’adore me poser cette question en fait ! C’est une des raisons de ma présence ici, j’ai le sentiment d’être poussée à me poser les bonnes questions ! Je n’aurai peut-être pas les réponses tout de suite mais le simple fait de se poser les bonnes questions me met dans la joie !

    J’ai été attirée par la logothérapie, puis par Elie, puis par le groupe, puis par cette joie inexplicable dès que je rentre dans le je-u !!
    J’ai soif, et mon intuition me dit que j’ai trouvé mon oasis !
    Pour des raisons de connections professionnelles, personnelles, spirituelles, pour toutes ces raisons je suis ici et je suis plus que jamais motivée à découvrir le meilleur de moi m’aime, en découvrant le monde des autres et en partageant le mien.

    Je n’ai pas encore assez bosser pour avoir des explications plus complexes, je reste très superficielle mais complètement honnête !
    Je dois approfondir l’humilité, le lâcher prise, et la joie inconditionnelle.
    Mille mercis pour ce travail énorme que tu donnes Elie.

  • Rahel

    Reply Reply 23 août, 2017

    Depuis plusieurs jours je coince avec cette question et je ne sais pas pourquoi. Quel est le but du but? J’ai déjà répondu l’amour… mais que dire de plus? Mon changement de carrière et le suivi de ce master mind sont certainement là pour me permettre et même m’obliger d’aller dans ce sens. Le lâcher prise obligatoire quand les repères habituels tombent n’est pas toujours simple à vivre. Pour une fois, j’essaie de passer du contrôle au lâcher prise pour laisser le plus possible la place à l’expression de l’univers et laisser le futur s’organiser sans trop tenter de l’influencer… Je mets en place les grandes lignes et j’observe. Je ne sais pas clairement où je vais, encore moins comment et pour combien de temps…
    Je tente de rester dans la confiance que quoi qu’il se passe, tout est toujours parfait à un certain niveau.

    • Etienne

      Reply Reply 24 août, 2017

      Bonjour Rahel,
      Tu poses en effet une question existentielle … et essentielle. Et ce n’est pas facile d’y répondre seul(e).
      Si tu le permets, j’ai quelques suggestions :
      -on peut clarifier ses valeurs, la dimension éthique de son approche du monde et d’agir
      -on peut aussi méditer sur nos archétypes :
      *par exemple si l’on utilise les études de Dumézil sur les civilisations indo-européennes, se sent-on souverain? guerrier? producteur? (voir https://fr.slideshare.net/Viaris/patrick-mathieu-conseil présentation très interessante de l’adaptation de la trifonctionalité à l’univers des marques… mais puisque l’on parle de marque de soi et de singularité 🙂
      *un exercice de projection peut permettre aussi d’avancer : ex de quel Dieu Grec ou personnage de la mythologie se sent-on proche? Qu’est-ce qui résonne en nous? En quoi leur destinée est voisine de la nôtre?
      -et puis on peut aussi questionner nos différents cercles d’amis pour savoir ce qu’on leur apporte et pourquoi ils viennent se ressourcer auprès de nous…

      J’ai essayé de faire l’exercice (seul et avec des amis, collègues et coachés) pour illustrer mon propos :
      -Valeurs : fidélité, sens des autres, curiosité, ambition, capacité de faire plus, partage, faire grandir
      -Motivations : animation/direction de groupes, la créativité (éviter la répétition /changer/faire bouger), les projets de développement, le développement personnel de ceux que je côtoie, être en situation d’apprendre (et de former)), conseiller/guider, rire, aider
      -Goûts (i.e. ce que j’aime) : calme, silence, lumière dans la pénombre, bienveillance, sagesse, harmonie, la musique, les beaux arts, humour (jeux de mots),beaux-arts, musique (jazz)
      -Dieux Grecs : Athéna, Hermès (plutôt des dieux guerriers… on pourra reparler de ce que guerrier signifie)
      -Stratégie de succès (facteurs clés de succès prouvés/démontrés delà de la PNL) : Inspirer confiance, Capacité de travail, Débroussailler (initialiser / lancer / initier), Développer un réseau, Découvrir, Dynamiser une équipe, créer de l’adhésion

      Evidemment tout cela est positif, et il faut rester lucide car si je voulais être tout cela, il faudrait plusieurs vies! Mais c’est un début de chemin et une route qui se clarifie. On peut (comme dans le « voyage du héros » de Dilts, identifier les épreuves, les ressources nécessaires, les compagnons, mentors et « awakeners »… et aussi nos ombres -dans le sens jungien)
      J’espère que cela peut t’aider. Nul doute que Léo rebondira sur ces suggestions!

      Amitiés
      Etienne

  • Etienne

    Reply Reply 23 août, 2017

    Bonjour à toutes et à tous
    Décidément ces « exercices pratiques et spirituels » proposés par Léo provoquent de nombreuses réflexions et questionnements. C’est difficile de répondre à des « questionnaires » que l’on a déjà vus, analysés (pour soi et pour d’autres) et ce de manière complète et sincère.
    A un moment même, je m’en suis demandé l’utilité… « à quoi bon? je me connais bien… »
    Eh bien pas tant que cela, ou plutôt, c’est une perspective assez vertigineuse, plus on en connait, plus on se rend compte qu’il reste encore tant à découvrir de ses besoins, de ses motivations, de ses ressorts internes et élans spirituels.
    J’ai fait l’exercice et l’ai passé à Léo (je pourrai vous le passer de vive voix). Maintenant la question qui m’a taraudé pendant ces heures de réflexions : comment vais-je faire abstraction de tout cela lorsque je suis en situation de coach, d’accompagnant? Mes problèmes sont mes problèmes, je dois les mettre en mode « pause » pour être tout entier dans l’écoute de l’autre. Quelles techniques pouvons-nous développer pour nous distancier de nous même?
    Parallèlement, on pourrait aussi imaginer une « roue de la vie » pour les coachs existentiels avec les axes spécifiques :Y a-t-il d’autres dimensions de la roue de vie de coach? Comme par exemple :
    -maitrise « spirituelle » (vaste sujet car nous couvrons des champs et disciplines psychologie, philosophie, psychanalyse, spiritualité, livres saints, …)
    -maîtrise des outils de base,
    -travail analytique et « régulation » personnelle
    -participation à des groupes de supervision
    -entrainement au coaching
    etc…
    En cela notre groupe de Master Mind pourrait aussi avoir un rôle moteur, entrainant. Voire jouer le rôle de groupe de supervision.
    Amitiés
    Etienne

    • leoguez

      Reply Reply 23 août, 2017

      En effet Etienne, nous n’avons jamais fini avec certains questionnements, mais celles-ci reviennent à nous en spirale. La même question pour un nouvelle environnement ou un autre niveau « Il n’y a rien de nouveau si ce n’est la changement » Hier la grisaille et puis le nuage passe, et inversement.
      La roue de la vie ne ne répond qu’au question existentiel de base, comme la pyramide de Maslow pour les besoins de base. Mais l’intérêts et de constater qu’on peut avoir une roue correcte et ne par rouler. Avoir une pyramide de maslow convenable jusqu’à la réalisation de soi, et rester coincé en haut… Je viens de la constater en coaching privé. D’ailleurs nous savons bien que la crise existentiel vient frappé des gens qui ont tout pour être heureux. Alors il y a à creuser ailleurs.
      Comme il est difficile de rouler en uni-cycle, alors, comme tu le souligne vient à la suite la roue professionnelle. Et là en fonction du métier une roue spécifique selon les référentiels du métier.
      Et tu as bien raison de souligner qu’il nous faudrait élaborer un nouveau référentiel pour le coaching existentiel.
      Nous y reviendrons. Mais là encore nous restons dans le fonctionnel.
      Alors pourquoi pas un tricycle avec une roue méta… pour prendre un peu de hauteur.
      C’est ainsi que j’organisais mes rencontre en formation de coaching existentiel.
      Et puis tu touches la question essentielle. Comment faire abstraction de tout ça en situation d’accompagnement.
      Faire pause sur ses propres « problèmes », nous dirons évidemment, juste que faire pose n’empêche pas leur existence.
      Ensuite ceux si étant mis en sourdines, lorsque émerge une solution pour le « client » le risque serait que la solution se teinte de notre propre carte du monde, avec ces problèmes mis de côté. Tu comprends Etienne, il ne suffit pas d’en être conscient mais de savoir comme tu dit « comment »
      D’où l’intérêt d’un groupe en master mind pour y réfléchir en « vérité ». C’est ce qui se partage également en supervision.
      Je met « problème » entre guillemet car tout le « problème » est justement dans ce mot.
      Ma question et non le problème est comment nous allons avancer ensemble après les vacances.
      J’en dit quelques mot dans mon brainstorming perso dans la page le but du but.
      J’en profite pour redire, que si je m’expose dans ce groupe c’est d’une part en pré-texte au votre, me mettre sur la sellette peut donner exemple. Mais d’autre part que nous sommes en master mind. Je n’arrive pas ici avec mes solutions pour vous tous, je régule certes mais je pose aussi les questionnements qui se pose à moi dans ce beau métier que nous partageons.
      Au plaisir de vous lire…
      N’oublier pas que la semaine prochaine nous abordons la synthèse pour la vison de demain.

  • marco

    Reply Reply 21 août, 2017

    Je ne sais pas faire correctement la différence entre pourquoi et pour quoi .
    Je bloque.
    Pour quoi faire et que faire de ce que tu me donnes ou transmet?
    Je ne sais plus?
    Je sais qu’après demain j ai un entretien pour un poste d’attaché commercial à Nice et je prépare cet entretien avec les 8 questions à se poser pour réaliser vos objectifs.
    Donc merci Elie, j ai une trame de travail pour garder les pieds sur terre à cette occasion.
    Je dois être complet en terre , avant de marché sur l’eau il faut apprendre à marcher sur terre, la vie existe en ciel donc je vais continuer à la faire fructifier ici .
    Je pense que je débloquerai un jour à Sion en recevant ce complément d’âme..
    Mais je m’inscris complètement dans le partage que tu donneras avec la kabbale existentielle .C est un peu à l image de l’Iliade et l’odyssée mon deuxième voyage intérieur , qui m’éclaire sur la nature humaine…..
    Je suis hors sujet .Sujet et Juste on les même lettre en français .J ai bloqué sur le but du but…Quel gardien !

    • leoguez

      Reply Reply 21 août, 2017

      En effet Marco, nous travaillons entre le ciel et la terre avec quelque plongeons en piscine, faut juste qu’il y ait de l’eau. Nous verrons tous ces symbole en leur temps si tu reste avec nous après les vacances.
      Très heureux que tu puisses utiliser les outils que je t’ai présenté donc tu as déjà un pour quoi faire.
      Le pourquoi nous ramène à la cause face à l’effet. J’ai mal au ventre parceque j’ai mangé trop de glace. Je suis malade parceque je … J’ai perdu mon emploi parceque Je … Le parceque réponds en général au pourquoi. ex pourquoi je fait ce boulot parceque je gagne tant ou parceque j’aime ce métier.
      Le Parce Que pourrait on dire en l’inverse, l’effet précède la cause. EX j’ai cette épreuve dans la vie parce que je dois comprendre ceci. Je pers mon emploi parce cela me donnera une opportunité que je n’aurai pas eu si je reste là où j’en suis. C’est juste pour te donner une réponse rapide, nous aurons un gros atelier sur ce sujet qui touche la synchronicité, la providence, la destiné (et non le destin ne me demande pas la différence c’est là encore un autre atelier mais j’en parle aussi dans mes articles), le projet sens…
      L’Iliade et l’odyssée quelle belle aventure humaine, à voir de plus près, aussi pourquoi pas y « plancher » si tu en es un spécialiste.
      Dommage que je ne soit pas à Nice nous aurions pu nous rencontrer. C’est toi qui postule? Où est-ce que c’est un candidat que tu rencontres. En effet j’ai pas trop compris ce que tu fais, ce que tu as vendu, pour quoi faire? Sache une chose, en ce qui concerne la partie spirituelle de notre démarche, plus on grimpe plus les fondation doivent être solide. Nous ne marcherons pas sur l’eau au mieux nous apprendrons à nager dans ses profondeurs où naviguerons en bateau. Et si on veut puiser de l’eau il nous faudra apprendre à creuser un puits. Nous ne volerons pas dans les airs au mieux nous apprendrons à construire une échelle. Les pieds seront toujours sur terre la tête vers le ciel mais accroché à nos épaules autrement on perd la tête. C’est très important pour tous ceux qui nous suivent, je ne souhaite en aucun cas tomber dans le syncrétisme du new age. La sagesse est pour moi une véritable science du bien agir, même si elle ne s’acquiert pas par des formule mathématique, pas plus que par des cantillations mystique. Donc pas de souci pour avoir les pieds sur terre pour marcher en chemin.

  • Genevieve G

    Reply Reply 20 août, 2017

    Bonjour Elie,
    Aujourd’hui, je partage là où j’en suis de mes besoins et aspirations :
    Je suis dans un entre-deux mais comme je suis encore dans la dualité, j’oscille entre ma contingence extérieure (j’ai besoin de vivre de mon activité professionnelle !) et mon chemin intérieur (la quête d’une posture d’être que je ne peux partager parce qu’elle est non aboutie !). Je ne suis pas encore pleinement dans mon axe qui est à redéfinir : peut-être médecin des âmes ou compagnon thérapeute ou coach en alignement et amour de soi ? Je n’ai pas encore atteint le centre (-ou le haut-) de la pyramide de ma vie.
    Alors aujourd’hui je pare au plus pressé en lançant une activité free-lance de Coach en Bilan de compétences, mon ancien métier mais avec une approche méta. Je suis dans le même axe qu’hier : Accompagner les personnes à se reconnecter aux désirs de leur âme. Mais intérieurement je ne me sens pas bien ajustée. Est- ce une question d’approche, de cible, de méthodes, de ressentis ? Je ne sais. Peut-être est-ce seulement mes peurs qui parlent ? Celle de manquer d’argent, de manquer de clients, celle de ne pas savoir m’y prendre, celle du doute ?
    La difficulté est que je me suis rendue compte que jusqu’à présent, ce qui était au coeur de ma mission de vie était de Guérir, sauver, réparer, aider, compenser, accompagner …L’autre était moi, un alter ego et je m’aimais en donnant de l’amour aux autres pour recevoir leur amour en retour. Et aujourd’hui je désire mettre au coeur de ma mission de vie les verbes Vivre, vibrer, profiter, rayonner, aimer inconditionnellement… Tout un programme dont je ne connais pas la déclinaison, dont je n’ai pas les codes d’accès aujourd’hui !
    Et là, j’ai besoin de voir clair en moi, d’être assurée/rassurée de ma légitimité, de prendre ma parole et ma place, de penser mon but, mes objectifs, mes outils, ma singularité, la présentation de mon nouveau Je qui a à s’unir aussi à l’ancien. Mon but est déjà énoncé (- Être dans mon axe véritable-) mais j’ai besoin de le construire et de le valider auprès de mes pairs, de ceux que je reconnaîs comme membre de la communauté. Je me sens à l’aube d’une nouvelle naissance, très fragilisée et en même temps pleine de potentiels.
    Et puis Je veux cesser d’écrire dans ma chambre et pour moi en parlant à un autre qui n’existe que dans mon désir. Je veux risquer une parole face à des autres bien réels au risque de n’être ni entendue, ni accueillie, ni comprise. Entre ces 2 attitudes, il y a un saut dans le vide, celui de se révéler, au monde. Ce saut Elie, tu l’as fait, tu l’as risqué, et tu le risques chaque fois que tu te présentes aux autres. Et bien, c’est cela que j’aimerai apprendre, cette audace d’être soi sans peurs, cet apprentissage à habiter au centre de moi-même au point de m’aimer et d’aimer les autres en vérité.
    Et pour terminer, voici mon intuition du moment : Allier le principe des 10 portes et la roue de la vie, le principe de l’Etre, incarné dans le réel de notre contingence.
    À suivre !

    • leoguez

      Reply Reply 20 août, 2017

      Geneviève, comme d’habitude synchronicité oblige.
      Voilà ce que j’ai pensé, vu, entendu, je ne sais pas. En ce qui te concerne ainsi que pour virginie. A l’une de nos prochaines réunions plénières, avant la fin de l’année, entre octobre et décembre. Nous organisons une remise des premiers certificat de coaching existentiel, avec collation bien sur. Je pense que cela colle parfaitement à ton profil et puis depuis que nous travaillons ensemble toi comme virginie avez bien intégrer la démarche. Nous avançons en réunion master mind, et supervision pour. Nous profitons de la notoriété en de venir du site et de l’école pour vous faire connaître. Ensuite dans le coaching existentiel rien n’empêche de se spécialisé dans un secteur. Nous profiterons de notre prochaine réunion pour un travail individuel pour explorer ton inconscient spirituel en RED spécifique.
      Juste une remarque importante, le coaching existentiel est le titre métier qui peut être décliner dans un secteur spécifique.
      Le terme compagnon thérapeute, sera le nom de groupe de personnes certifiées en coaching existentiel, et dans ce cadre nous aborderons l’enseignement des thérapeutes d’Alexandrie.
      Voilà ma réponse, pour le reste (hésitation, doute, crédibilité … c’est une bonne chose, ça montre que tu es en bonne santé en tant que humain. Tu verras c’est plus simple de faire le saut quand on n’est plus seule.
      Merci d’être là.

* Denotes Required Field