Et maintenant tu fais quoi ? 

Page Vacances 3

Nous voici à notre 3em page vacances.
Passons au module 3    (ce module à été légèrement modifié)

Notre réflexion pour cette semaine est de passer d'un bilan aux objectifs.
Ce module peut sembler pragmatique. Mais sachez que plus un gratte-ciel est haut plus il nécessite un base et des fondations solides
Ça commence par faire un bilan de satisfaction de ses secteurs de vie
Pour le bilan nous avons ici un premier produit avec la roue de la vie.
Vous donner une note de satisfaction à un secteur de vie, ceci n'a rien avoir avec valeur objective du secteur. On peut être relativement satisfait du secteur santé à 80 ans avec certaines gènes physique et insatisfait à 40 ans avec quelques bourrelet de cellulite.
Chacun peut souhaiter combler une ou plusieurs des 10 tranches de vie de sa roue de la vie.
Là encore le travail est différent si nous sommes dans un secteur ou le changement est possible ou unpossible. Si à 60 ans vous avez une insatisfaction du fait de na pas avoir d'enfant, la solution de l'unpossible peut passer par l'adoption ou travailler sur un autre rapport avec le regard que vous avez sur ce secteur.
Ensuite, une fois poser son intentionnalité sur certains changement réalisables, il faudrait distinguer but et objectif.  Si je n'ai pas totalement maîtrise des résultats concernant un but. Diviser le but en sous objectifs. Voir notre dossier pourquoi passer du bilan au objectif, texte que j'ai déplacé au module 3
Puis nous donner le maximum de change pour réaliser nos objectifs.  Pour ceci nous avons le fichier les 8 critères pour réaliser un objectif que je viens de remettre dans le module. Si vous ne l'avez pas encore téléchargé, je le reporte dans le module 3
C'est un travail de synthèse personnel entre plusieurs approches.
Durant ce temps de vacances nous ne pourrons pas entrer dans le détail de tout les aspects de ce dossier.  Nous y reviendrons dans notre parcours avec en plus l'art du questionnement.
Avec ça nous avons suffisamment d'outil pour avancer vers le but que nous sommes donné.
Pour aller plus loin nous aurons à revoir l'équation du changement que je réserve en conclusion de notre revisite des modules.
Laissons cela pour la dernière semaine car avec cette équation nous grimpons au sommet du gratte ciel.
Contentons- nous pour cette semaine du 11 au 20 août de nous centrer sur les fondations.
Travaillons ces objectifs qui nous amènent vers la réalisation de nos buts, puis de réalisations à réalisations, tout comme d'échecs à échecs, nous nous rapprochons du but du but, de but ultime, de notre projet de vie, de notre projet-sens de la finalité de tout ça, de la "préparation au voyage".

Accès au module 3    (ce module à été légèrement modifié)

 

 

En ce qui nous concerne : 
Quel est le but de ce compagnonnage de soi.
De la formation en coaching existentiel ?
De l’enseignement en kabbale existentielle ?


Quel est le but du but?
Je serai très curieux de savoir ce que vous en pensez.
Anciens comme nouveaux.
Anciens puisque vous avez travaillé dessus.
Nouveaux parce que vous vous êtes inscrits avec une certaine idée du pour quoi.
Laisse un commentaire, ne serait-ce qu'un simple OK, j'ai vu pour que la nouvelle page s'ouvre. 

Tout se construit dans la progression de nos questions.
D'où l'aphorisme des Maximes des pères:

"Le timide ne peux accéder à la sagesse"

11 Comments

  • Sophie

    Reply Reply 19 août, 2017

    Quel est le but de cette vie ? Apprendre, grandir , évoluer, transcender, aimer et surtout nous rapprocher de D. ieu.
    Cette école nous permet d’atteindre ce but en travaillant sur nous même au delà des expériences que la vie nous amène pour voir les problématiques qui sont les nôtres. Le monde est le reflet de notre fort intérieure , notre but doit être le reflet de notre âme. Les objectifs des ponts pour y arriver…

    • leoguez

      Reply Reply 20 août, 2017

      Oui Sophie, comme toujours ta musique résonne en harmonique. Nous devons ajouter pour celui qui a su grandir, accompagner son prochain à grandir… Recevoir pour mieux donner, apprendre pour enseigner… Tu le fais déjà indirectement en tant qu’enseignante, notre école est aussi là ouvrir le champs de notre « influx » pour autrui. Elie

  • Rahel

    Reply Reply 17 août, 2017

    Que dire? J’ai aussi longuement hésité à mettre dix partout dans la roue de la Vie. Puis j’ai choisi de répondre plus traditionnellement et ai obtenu entre 6 et 9 aux divers points. J’ai fixé consciencieusement une action à prendre pour chaque point de la roue de la Vie et je vais tenter de m’y tenir…

    Mais le but du but tel que tu le demandes, je crois qu’il n’y en a qu’un qui ait vraiment du sens: l’Amour.

    • leoguez

      Reply Reply 17 août, 2017

      Oui en effet, ouvrir le champs de l’Amour sera un sujet essentiel. Reste à savoir comment l’aborder autrement que ce que ce qu’en disent les milliers de livres sur le sujet, reste à savoir ce que cela peut signifier pour chacun. Mais je sais que nous ne pourrons pas en faire l’impasse.
      Je parle du but du but dans la prochaine page. je parle du besoin de donner, et qu’est-ce que donner sinon aimer ?

  • GALINDO Genevieve

    Reply Reply 15 août, 2017

    Bonjour Elie,

    Quel est le but de cette école du sens pour moi ? Jusqu’à présent, je dissociais coaching existentiel/Logothérapie et kabbale existentielle qui était selon moi plus en lien avec ta tradition, même si cette tradition me parle puisqu’en temps que catholique, nous sommes fondés en grande partie sur les mêmes Ecritures. Aujourd’hui, je vois plus clair !
    J’ai longtemps pensé que ce projet-sens était défini d’avance et inconsciemment, que je devais l’identifier au mieux pour m’y conformer, afin d’entrer en pleine possession de mes potentialités. Je cherchais à me connecter à mon ADN spirituel, ce projet-sens qui s’inscrit en moi avec moi au gré de mes choix. Seulement, croire que Dieu avait un projet sur moi (-ma mission de vie-), fut-il pour mon plus grand bien, non seulement me mettait une pression d’enfer et développait en moi une angoisse existentielle, mais cette croyance spirituelle faisait que tous mes choix étaient conditionnés par ce désir de découvrir ce projet sens.
    Aujourd’hui j’ai déconstruit cette croyance spirituelle profonde donc inconsciente, ce qui m’a apporté plus de légéreté mais je me suis retrouvée face au gouffre de tous les possibles : Je peux choisir ce que je veux devenir. Oui mais à partir de quels repères ? Et D.ieu dans tout cela ? Je pouvais même décider d’éliminer cette dernière question ! Cela a correspondu à la fin de notre premier compagnonnage. J’ai dû tout remettre à plat, faire silence pour laisser surgir mes valeurs racines, celles qui demeurent même quand nos propres valeurs sont remises en cause.
    J’aspire toujours à être Verbe créateur de ma vie, Verbe qui s’écrit dans l’histoire, Verbe qui tranche, soigne, enseigne…et comme tu l’as si bien écrit Elie, être
    « un écrin de la Voix, une parole qui se voit »! J’ai donc besoin de me référer à une tradition, de me connecter à la Voix, à la Parole déjà écrite, aux Ecritures donc pour entendre les murmures de mon âme. Kabbale existentielle et coaching existentiel et logothérapie se rejoignent là pour moi : Les Ecritures pour me laisser travailler par la Voix afin d’y trouver le sens de ma propre écriture !
    Le mensonge est de croire que la Voix, les Ecritures ne me précèdent pas, et que je peux me créer sans cette matrice, sans cette tradition. Et j’ai besoin d’entendre cette Voix aussi au travers de sa résonance chez les autres et de partager ce que j’entends moi-même pour le discerner et le valider. D’où l’importance et la nécessité du compagnonnage.
    Là où je suis déroutée, c’est quand le coaching existentiel se réfère aux outils du coaching classique alors que pour moi, il doit travailler sur les croyances spirituelles plus que sur les croyances psychologiques. Et si tu es d’accord, je te propose de travailler l’adéquation des outils classiques aux finalités du coaching existentiel tel que je viens de le définir.
    À suivre !

    • leoguez

      Reply Reply 16 août, 2017

      Là encore comme pour beaucoup de partage dans ce groupe trié au hasard du vent, je vois que ça CREUSE fort.
      Parfois je suis étonné d’être compris. De voir comment certains être comme toi, et bien d’autre de ce groupe puisse voir, ces paroles que j’écrit dans l’instant. je suis en résonance, avec vous tous qui êtes là pour entendre aussi cette « Parole » qui a était transmise sous son nécessaire voile depuis des millénaires. J’ai pensée devoir séparer le coaching existentiel de la kabbale existentielle, alors que 100% des personnes ici présentes sont portées par cette voix à travers les lettres des origines. Est-ce pour autant que nous devons faire l’économie des outils du coaching classique? Je ne sais pas encore. J’ai pensé revoir tous ces outils en état méta. Un peu comme un nain sur les épaules des géants. Poser un cadre pour sortir du cadre. incarner notre singularité pour nous dépouiller de ses vêtements. Une âme sur les épaules de notre « je » , le corps ou autre partie de ce que nous sommes aujourd’hui dans notre incarnation, peut indiquer la vision au « je » que nous sommes à notre passage. Si le corps n’est pas servit dans la juste mesure de ses besoins, alors il nous fera obstacle à toute démarche, au risque même d’avoir une démarche désincarnée. C’est une bonne chose à mon sens de faire le lien entre les deux forme d’approche car il ne faut pas oublier comme j’ai pu l’expliquer à Etienne que le côté existentiel, coaching comme Kabbale, n’est qu’un outil qui nous aide à construire à sa juste mesure nos besoins existentiels, c’est à dire de notre EXISTENCE. Sachant que le flux viendra de notre ESSENCE. Maintenant avec ces graines de sens-existentiel que nous semons en chemin sur cette terre d’accueil , l’arbre à sens prendra certainement la couleur de l’essence-ciel. Nous sommes donc bien d’accord, « travailler l’adéquation des outils classiques aux finalités du coaching existentiel » c’est ce que je pensais proposer lors de nos rencontres en master-mind. A CREUSER

  • Marco

    Reply Reply 13 août, 2017

    Bonjour ,
    Je suis arrivé vers vous , car mon activité professionnelle (commerçant indépendant Donc dépendant et pas libre au sens que je l entendais et le voyais) et les résultats de celle ci étaient pas au rendez vous..

    Être commerçant m a mis enquête sur ma propre existence et sur la mise en lumière de mes zones d ombres …Mais je m étais déjà mis en chemin Bien avant…Je voulais être indépendant (un dépendant)…
    Exister seul !
    Aujourd hui j ai vendu mon activité..
    Et Donc ce coaching existentiel est bienvenu .

    Le but du compagnonnage de soi est déjà d être un bon compagnon pour soi…Et En fait acquérir la liberté! ne serait elle pas le fait de Co exister ? …Me libérer de mes contingences ..
    Et pour celà la Kabbale existentielle est une mise en lumière … En Gros Eurêka ça prend sens ou donne du sens….
    J ai employé le mot contingence sans trop savoir ce qu il voulait dire ..Une expression toute faite Que j ai du déjà entendre ..La définition qui m à plus Et Que j ai trouvé intéressante est celle ci.
    CONTINGENCE n. f.
    Ce qui est relatif, subordonné dans sa réalisation à un fait ou à un événement. Ce qui peut arriver ou ne pas arriver. Ce mot est peu usité en dehors de la Philosophie. La « contingence » a soulevé le problème de la liberté, de la fatalité et du déterminisme. La question se pose à savoir si l’homme est libre de tous ses mouvements, de ses actes, de ses pensées et, philosophiquement parlant, responsable ; ou si au contraire il est dépendant d’une quantité de « Contingences », et par conséquent irresponsable.
    Les Anarchistes qui pensent que l’individu est le produit du milieu, qu’il hérite des tares et des bien­ faits du passé, qu’il subit l’ambiance de tout ce qui l’entoure, estiment qu’il est subordonné aux « Contingences » ; mais il ne faut pas en conclure que socialement il est absolument irresponsable de tous ses actes. L’individu a, lui aussi, une volonté dans le grand tout et c’est cette volonté individuelle qui doit être en lutte constante contre les « Contingences », pour se libérer des entraves que celles-ci lui ont tissées.

    • leoguez

      Reply Reply 14 août, 2017

      Contingence! Contingence quand tu nous tiens! Vanité des vanité tout est vanité nous dit l’Ecclésiaste. Inutile de lutter c’est perdu d’avance, nous y sommes quelque soit notre agir jusqu’au non agir qui reste une forme d’agir en « méta » sur le résultat escompté. Juste intégrer et unifier. Jouer le « jeu du je » durant son incarnation. La responsabilité est la « juste réponse » à donner à la contingence, « effet-mère » de notre incarnation. Et pour répondre à Marco comme à Etienne, et à tous ceux qui partagent quelques temps de leurs vacances avec ce groupe, la kabbale « existentielle » donne réalité à l’existence ( vêtement de la fonction) pour y répondre dans la juste mesure, afin d’en savourer l’essence, l’âme.
      L’histoire n’est que vêtement, nous dit le Zohar, sous le vêtement il y a un corps, et dans l’intériorité du corps il y a une âme, et l’âme est animé par l’âme de l’âme. Le Zohar parle de l’histoire biblique, alors qu’en est-il de nos histoires ?

  • Sonia

    Reply Reply 13 août, 2017

    Je passe du bilan aux objectifs. j essaye de mettre en place le modèle smart : simple, mesurable, acceptable, rationnel, temporellement défini. J ai pris des résolutions côté formation. J’ai beaucoup de projets comme finir mon livre, me cultiver pour être une bonne conseillère en développement personnel, me former à la psychologie jungienne. Cela a des points communs avec ta démarche vers l’inconscient spirituel. Voila pour ma roue de vie et la réponse a tes question. A bientôt Élie.

    • leoguez

      Reply Reply 14 août, 2017

      C’est une bonne chose de se former dans la pluralité des disciplines. Il faut juste bien distinguer ce que chacun apporte. pour exemple, il y a une certaine différence entre l’inconscient collectif de Jung et l’inconscient spirituel de Victor Frankl, tout comme ce que nous apporte la kabbale existentielle que je présente selon la vision qui est mienne. D’où l’importance de la pluralité des enseignements car tout est lié.

  • Sonia

    Reply Reply 13 août, 2017

    Bonsoir déjà la kabbale existentielle pour ma part a permis de mettre de la philosophie dans ma vie, de gagner en spiritualité et de me détacher du concret. Ainsi j ai lâcher prise, j ai conscience de ma mission de vie. J ai pu améliorer mon chefa ( autrement dit ma wifi cosmiques). Cet enseignement m a beaucoup marquer, ça m’a aidé à m affirmer, ça confirme mes croyances, ça m a poussé à savoir qui je suis. Ça m aide au quotidien. J émane des idées, je met en forme mes projets , je crée mon devenir en faisant des choix, et ainsi je passe a l action en essayant d atteindre tous mes objectifs. Pour crée la vie que je veux, formater mon but, et pouvoir ainsi faire émaner ma singularité. ( résultat fais d enseignements en kabbale existentiel )
    Le compagnonnage de soi m’a marqué par l aspect coaching qui est le yin ou on travaille intérieurement et le yang la kabbale ou on travaille la relation face au autre, sur nos domaines de vie. Une sorte de management spirituel, le management du projet Sens qui en résulte au final. C est vraiment comme ca que j ai ressenti ce compagnonnage pour moi ca a été plus qu un coaching. Un Manager conseil, un accompagnement, fait de coaching. Ca représente toutes les facettes de que tu as mis en place, Élie, avec qui un supplément, la sagesse hébraïque.
    Le but de tous ca c est que chacun s auto-manage a travers coaching et Philosophie. J ai découvert que c était de l auto-management ma façon d opérer plus que du l’auto-coaching.
    Ma roue de vie
    sante 4 soucis depuis novembre 2016 ,
    famille 7 ,
    amitié 7 : je me suis fais un ami,
    couple/enfant : je suis plus ouverte mais je lâche prise , je vis au jour le jour, même si je suis célibataire.
    environnement 5 envie de spiritualité, envie d être pratiquante hâte d être chez moi,
    loisir 6 : t.v, théologie, cour, lire développement personnel ou psychologie.
    Argent : 7 j ai une ressource financière.
    Carrière pro : 5 je suis mitigé , voie professionnelle à trouver,
    évolution spirituelle : 7 j ai trouver la religion qui me convient, je fais la part des choses entre tradition et religion.
    développement personnel : 4 aucune évolution a l heure actuel.

* Denotes Required Field