Non à bye bye 2018 ?

Non à bye bye 2018, oui à 2019 enrichie des expériences passées.

Fin 2018, je reçois beaucoup de mails du style bye bye 2018, repartir sur du nouveau 2019.
Vous y croyez-vous de se débarrasser de l’ancien et repartir à Zéro ?

J’y ai moi-même cru. Mais le matin de 1 janvier 2019. J’ai toujours mal au dos, je dois à nouveau faire attention à ma prostate, à mon foie, à mes reins… je n’ai pas perdu mes kilos en trop, mon compte en banque n’a pas bougé. Je n’ai pas réglé mes problèmes avec certaines affaires en cours, et je rêve toujours de jours meilleurs.
Brrr, mes oreilles sifflent ! C’est quoi ce mail qui vous ouvre à la déprime dès l’ouverture. Tu peux pas nous laisser rêver un peu !!!

Pardon, Pardon ! Je demande pardon à toutes les personnes à qui j’ai fait du mal en 2018 en les ramenant à la réalité d’une vie d’effort au quotidien.

Je voudrai juste dire que malgré toutes les difficultés du quotidiens, la réalité n’est pas si moche que ça. Il y a tant de belles choses du passé comme ressource pour un avenir meilleur. Alors attention à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain…  Mieux encore, j’oserai dire que la vie est belle malgré l’obscure. Que les étoiles brillent dans un ciel noir, que la lumière apparaît d’une création tohu bohu. Qu’il y a possibilité de vivre sous un ciel gris car nous savons que le soleil n’a pas disparue pour autant, que les nuages sont là pour donner la pluie et faire pousser les plantes, tout comme les épreuves pour nous faire grandir. Viktor Frankl a écrit son best-seller « découvrir un sens à la vie » à la sortir des camps.  Je viens de revisionner la vidéo de mes hommages à Ester, une élève du programme « projet-sens ».

Pour ma part, 2018 a été assez dur, beaucoup d’épreuves-apprenti-sage ». A les revoir, je ne souhaite à aucune d’elle de ne pas m’avoir visité, juste leur dire merci, j’ai compris, au-revoir.

Beaucoup de projets sont encore dans la zone inachevée, à les revisiter je ne souhaite à aucuns d’eux d’être achevé. Juste leur dire vous faite partie de mon cheminement, nous allons encore grandir ensemble en chemin. J’en ai fait le sous-titre de mon premier livre (la page blanche) « itinéraire d’un livre inachevé », toujours inachevé d’ailleurs.

J’ai eu le bonheur de partager le cheminement projet-sens avec une quinzaine de personne, écrit une centaine d’article, posté une centaine de vidéo. Répondu à un millier de commentaire.

Nous avons appris avec la porte Beth (pour ceux qui l’on suivi) évidemment à élaguer, désencombrer, trier. Les bons élèves ont compris qu’on ne quitte pas aussi facilement « la maison du beth et qu’il nous faut encore élaguer, désencombrer, trier. Mais plus encore les meilleurs ont saisi que l’essentiel n’est pas à ce que nous possédons, mais à la juste distance à avoir vis-à-vis des objets de ce monde.

J’ai passé la main de mon entreprise, il me reste à défaire quelques nœuds, pour n’y repasser que pour le meilleur.

J’ai perdu ma mère et j’ai pleuré comme un enfant de 72 ans. J’ai pu voir l’entre deux du jardin des âmes.

J’ai écrit sur une « page blanche » mon premier livre inachevé et j’ai présenté en conférence devant 200 personnes le bien fait d’un café au lait sans sucre souvenir d’un des moments les plus dur que j’ai vécu dans mon enfance.

J’ai mis en sommeil le futur de la formation en coaching existentiel pour une reprise qui passe de l’existentiel aux essentiels. D’une émigration de passage j’ai décidé de m’installer en Israël pour la durée.

Pour 2019, je vous dirai… Du moins je le partagerai avec ceux qui vont me suivre dans cette aventure qui se construit en marchant vers ce paysage de l’Un-connu, pour le meilleur et pour plus grand que le meilleur.

Voilà je vous souhaite de garder le meilleur de vos années passés comme ressources de votre futur.

S’il vous plait, mettez des écouteurs et faites-vous cadeau de 30 mn sans empressement. Prenez-notes et partager avec nous vos leçons de vie en commentaire.

 

 

1 Comment

  • Rahel

    Reply Reply 6 janvier, 2019

    Nous touchons ici à l’essence-ciel…
    Merci Esther!
    Merci Elie!

Leave A Response

* Denotes Required Field