Mentir, moi aussi je mens.

MENTIR

Oui moi aussi il m’arrive de mentir.
Pas vous? Regardez d’abord cette vidéo et dites-moi ce que vous pensez du mensonge de ce père.

Avez-vous vu la vie est belle de Roberto Benigni ? Que pensez-vous du mensonge de ce père qui a cherché à cacher l’horreur des camps à son fils?

Avez-vous vu la liste de Schindler ? Que pensez-vous de cet industriel qui ment pour sauver des juifs des camps? Il aurait pu mentir encore plus et sauver plus d’êtres humains. 

Savez-vous que la traduction du mot hébreu Emeth par Vrai prête à confusion ?
En effet, si vous dite la vérité à une personne et que cela entraîne une discorde avec un de ses proches, même si c’est vrai, ce n’est pas Emeth. Si vous mentez pour créer du bien-être et de l’amour entre un être et son prochain, même si cela n’est pas vrai, cela s’appelle Emeth. Alors que veut dire Emeth?
Recherchez un synonyme de vérité. Moi j’ai aimé justesse. Est-ce juste de dire cela ?
J’aime le mot justesse car il signifie aussi authenticité, (je suis vrai quand je dis ceci, même si ce n’est pas vrai… ce qui ne signifie pas pour autant que c’est faux.
Pertinence, rectitude, sincérité…  Partager votre sentiment sur le vrai.
Alors que veut dire le commandement « Tu ne mentiras pas? »
Et si nous partageons nos petits mensonges?
Mais faut-il pour autant se mentir à soi-même?
Quand ça ne va pas au nom de la méthode de la pensée positive, dire que ça va bien, est-ce juste?
Mais dire que ça ne va pas nourrit le mal être, alors qu’elle est la bonne formulation. Comment exprimer un besoin de changement dans une formulation positive? Une des 8 conditions pour réussir un objectif. L’avez-vous retenue?
Ce sera le sujet de notre prochain article pour nous ouvrir vers la vision solution tout en ayant conscience du besoin de changement.
J’attends vos réponses. A bientôt Elie

11 Comments

  • Marco

    Reply Reply 13 août, 2017

    Mentir à qui ? Pour qui ? Dans quel but?
    Ce qui induit une relation de soi à l autre ou aux autres.

    Si mentir apporte du bien à l autre , je suis plus Dans le don…
    Si je suis amené à mentir pour acquérir des faveurs des avantages personnels .La Je suis Dans la tromperie ….

    Dans La notion de mentir , il y a un allé Et un retour…
    Le retour est d être traité de menteur…
    Dans la notion de mentir il ne faut pas qu il y ai notion de promesse .Il faut qu il y ai notion d espoir et de résultat positif pour l autre..

    Dans l acte de mentir il y a une notion de savoir .voir sa .
    Voir sa réalité , qui est une notion ambivalente …Car elle peut être vrai Et fausse à la fois…Mentir Dans Le champs du quantique à un autre niveau Que physique Mais plus métaphysique …ca ouvre le champ des possibles ..

    • leoguez

      Reply Reply 14 août, 2017

      Mensonge, mensonge quand tu nous tiens! Inutile de lutter, c’est perdu d’avance ;). Nous sommes quelque soit nos savoirs dans ce monde du voilement. Caché je cacherai ma face… Caché, chacun à sa mesure se cache la face.
      Tu ne peux me connaître et vivre dans ce temps de l’éphémère. La vérité nous échappe, elle nous glisse des mains du savoir, nécessaire à la bonne attitude. Jusque même le non-savoir, car là où je sais que je ne sais pas c’est encore un savoir. Cela reste toute fois un savoir juste comme pourrait être un mensonge juste. Et cela se dit “Emeth” en hébreu qu’on traduit pas vérité. Alors que ceci veut tout simplement dire que c’est “vrai”. Juste vrai même si ce n’est pas vérité. C’est comme la juste mesure du mensonge juste, juste réponse à ce monde relatif. Monde transitoire (prozdor), laboratoire d’expériences, (Nisayon qui signifie aussi épreuve,) nous éprouver pour vire notre naissance par les engendrements successifs, (Toladoth) vers la “con-naissance” (Daath) “Et tu connaîtras Eth le Nom”… Ainsi est l’aventure que j’ose partager, une invitation vers le “clair obscure”, lumière qui se détache du “Hochèh”, première manifestation de la naissance du monde. “Or la terre n’était que solitude et chaos; des ténèbres couvraient la face de l’abîme, et le souffle de Dieu planait à la surface des eaux. Dieu dit: “Que la lumière soit!” Et la lumière fut.”
      Vous n’avez pas tout compris, moi non plus. C’est juste un petit mensonge-vrai en passant. Nous y reviendrons pour ceux qui ne craignent pas de se perdre en chemin.

  • sophie

    Reply Reply 30 juin, 2015

    Tout peut être dit. L’important est l’intention que l’on porte lorsque nous le disons et la justesse de nos mots face aux maux. pourquoi disons nous telle chose? Par amour ou pour faire du mal? la repose toute la différence de la parole juste.Les toltèques parlent de parole impeccable et nous disons le verbe s’est fait chair…notre parole est donc sacrée et devrait parlé du sacré ,pour le sacré. Sophie

    • leoguez

      Reply Reply 30 juin, 2015

      En effet Sophie le mot parole en Hébreu DaVaR signifie aussi la Chose. Comme pour nous dire que la parole crée la chose. C’est aussi la même racine que le mot désert MiDBaR Le V et le B étant une même lettre, le désert Mi (Qui) DaVar devient Qui parle. Le désert qui parle.
      Il faut parfois apprendre à se taire pour entendre la Parole.
      Voir à la 4ème mn le désert qui part dans la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=M9tqo0kJ_Fc
      Une védéo de notre voyage 2012 tiré de notre site http://bnei-noah.blogspot.fr/

  • estherjb

    Reply Reply 13 avril, 2015

    Bonsoir,
    Pour ma part, je ne pense pas que le commandement “tu ne mentiras point” s’adresse à ceux qui mentent pour raison de chalom comme tous les exemples des vidéos que tu nous présentent et qui sont tous des exemples admirables.
    Malheureusement, il y a aussi des gens qui mentent pour cacher leur fautes ou leur défauts et cela ce n’est pas Emeth ! Peut-être qu’ils se mentent à eux-mêmes aussi mais cela n’engendre que souffrance et traumatisme lorsqu’on découvre leur mensonge, quelque fois un peu trop tard. Pour ma part j’ai beaucoup de mal à accepter le mensonge et je m’efforce aussi de ne pas mentir. Je préfère affronter la vérité en face même si elle est dure à accepter. Et comme disait Annie, je préfère quelquefois rester dans le flou quand je ne veux pas vexer quelqu’un par exemple, mais ne pas dire le contraire de ce que je pense ou de ce que je fais.

  • annie

    Reply Reply 25 mars, 2015

    jelis vos commentaires et analyses avec beaucoup de tendresse car vous etes tous dans le devoilement de vos ressentis tels que vous les vivez et c est genial c est du vrai dire
    moi aussi jepeux mentir ou ne dire ni oui ni non dans une espece de confusion parce que je suis emotive et quand je me sens agressee je n ai plus le moyen de trier les infos le faux du vrai
    ET ce retrait peut etre interprete comme un mensonge car Le Dire n est pas exprime et manque de clarte…..je n ose pas

  • Benjamin

    Reply Reply 23 mars, 2015

    Il me semble qu’il existe deux types de vérité d’après “l’enseignement hébraïque” : la “vérité” (emet), et la “vérité vraie” (emet laamito).
    La vérité serait ce que notre perception nous fait voir comme étant la réalité, alors que la “vérité vraie” serait la réalité telle qu’elle est.
    Aaron HaCohen nous montre qu’il est pret à “mentir” à des personnes se detestent, afin de leur faire croire qu’elles s’apprécient mais qu’elles ne savent pas comment communiquer leur sentiment positif l’une envers l’autre.
    De ce fait il arrive vraiment à adoucir le coeur de ces personnes, et à les faire dévoiler leur amour l’une pour l’autre. Il intalle le “Chalom” entre elle, et pour celà il n’hesite pas leur mentir (c’est à dire à travestir ce que l’on perçoit, par notre intellect, comme étant la réalité). On apprend de là que, quelle que soit ce que notre intellect nous permet de percevoir, la “vérité vraie” (c’est à dire la réalité telle qu’elle est) serait ce qui mène au “shalom”(à la paix complète).

    • leoguez

      Reply Reply 24 mars, 2015

      C’est tout a fait cela Benjamin. Je pensais bien à cet exemple. Voir aussi ma réponse à Rachel. Elie

  • annie

    Reply Reply 23 mars, 2015

    tres interessant de se poser sur le mensonge ou plutot le deni de realite
    en effet il nous arrive d etrz dans un deni terrible alors que tout autour de nous pousse a voir la realite des choses
    Je pense que quelquefpis la realite est trop eprouvante a vivre alors par un effet protecteur on n entend plus on ne voit plus on ne se sent plus!!!!une partie de nous meme se planque!!!
    d autrefois nous ne disons pas la toute verite pour proteger les enfants les fragiles et comme dans cette video nous sommes motives pour la cause finale
    Le plus grave c est se mentir a soi meme sur ce que nous sommes nous memes a l interieur
    cela nous amene a des confusions de sentiments de mauvais discernement de mauvaise voie….et c est une experience dans ma vie que j ai vecu…bien sur c est inconscient mais aussi conscient car tpus les revelateurs sont au rouge et je ne vpulais pas voir ni ecouter le sens?!!
    dur dur la vie

  • Rachel

    Reply Reply 22 mars, 2015

    Bonsoir Elie

    Je tarde souvent à répondre , le temps me manque , mais mon cœur s’impatiente souvent de partager.
    Je suis très sensible à ce sujet qui porte souvent confusion à notre existence.
    Je suis profondément touchée par ce sujet car justement , est-ce que je suis vraiment bien dans cette vie que j’ai choisi, mais la question est-ce que je l’ai vraiment choisi? Parfois envahi par mes propres incertitudes, j’ai le sentiment de mentir à moi-même , oui nous pouvons mentir pour rassurer notre entourage , oui nous pouvons mentir par orgueil ,de montrer que nous sommes bien équilibrés dans ce monde, mais le monde spirituel tellement merveilleux , tellement indispensable , à t-il une place dans ce monde matériel, cette vie sociale remplie d’hypocrisie qui nous force parfois à mentir sur nos réels besoins spirituels, ce monde nous incite à mentir, c’est presque un devoir que de montrer à nos enfants que notre vie est normale , bien vécue, et que tout ce que nous acceptons de ce monde est normal,
    Je rêve souvent de cette paix , et de ce silence , de cette légèreté spirituelle, mais dans ce cas la nous ne parlerons plus de mensonges mais de culpabilité à sortir de la normalité citoyenne.

    • leoguez

      Reply Reply 24 mars, 2015

      Nous sommes là évidement dans une réflexion de fond. Faire la distinction entre dire le réel perçu ou dire-en conscience du perçu de l’autre, même si il y a “arrangement” dans le dire. L’authenticité est dans la congruence entre ce que je dis dans les mots et ce que je vis en consciences face à ce que je dis. Benjamin fait référence entre “la vérité vrai” et la vérité perçu. La question reste à savoir si nous avons accès à la “vérité vrai”. Est-ce qu’en “vérité” que nous n’avons accès qu’au réel perçu. plus encore, un même réel donne des perceptions différentes en fonction de la carte de l’observateur. Il n’y a donc aucune culpabilité a avoir si nous cherchons à nous rapprocher de ce que l’autre percevra dans nos dire et faire en sorte que sa perception soir la plus douce possible. Dans le judaïsme, il y a tout un enseignement du Hafets Haîm sur la parole (Smirath ha lachone, la garde de la parole). Le programme semble se construire de plus en plus vers ce qui se nomme “être juste”.
      Merci à vous tous pour m’aider à affiner ce challenge qu’est la découverte du projet sens. Elie

Leave A Response

* Denotes Required Field