Fin 2016, nouveau sens pour 2017

Bon, voilà nous y arrivons, fin 2016, début 2017.

Depuis des semaines je reçois des cadeaux en formations pour Noël avec des propositions de réalisation de ses rêves à un prix cadeaux ! J’en ai même acheté un pour voir comment ils font! Bon disons que « ce n’est pas cadeau » quand au rêve, le marchant de rêve lui doit réaliser le sien.

Le cadeau que je propose, c’est à mon sens un vrai cadeau.
Si ce n’est déjà fait pour certains d’entre nos invités c’est de fermer toute les portes du « projet-sens » dès le début de l’année 2017.

Drôle de cadeau me dis-tu. Et pourtant !

Serait-ce un cadeau de te laisser traîner dans ce programme que tu as dû visiter et revisiter ?
Serait-ce un cadeau de donner encore un peu plus de temps à ceux qui n’ont pas eu le temps.
Serait-ce un cadeau de laisser les nouveaux venus se perdre avec ces centaines de commentaires que nous avons partagées tout au long de notre parcours.
Serait-ce un cadeau de reporter une fois de plus ce qui avait été annoncé maintes fois, c’est-à-dire déconstruire l’ancien pour reconstruire le nouveau.

Mon cadeau est donc de te laisser à tes occupations le temps de remettre un peu d’ordre dans tout ça et d’y voir plus clair. (Voir mon article sur Hanouka)
Mon cadeau c’est de nous donner la possibilité de co-construction du nouveau programme.

J’ai pu constater dans nos échanges que si la démarche était construite sur la quête de nos essentiels le frein et les difficultés à s’investir se reposait sur la question de l’argent.
Si la démarche était construite sur la quête d’éternité, le frein et les difficultés à s’investir reposait sur la question du temps.
Si la démarche était construite sur la connaissance, le frein et les difficultés à s’investir reposait la difficulté à intégrer la quantité de contenu qui vous a été offert.
Si la démarche était construite sur un cheminement qui laisse place à l’intelligence de l’instant, à la spontanéité et au brouillon créative de notre imaginaire, le frein et la difficulté à s’investir reposait sur le besoin de d’avoir un plan précis de la démarche.
Si la démarche était construite sur « un chemin qui se construit en marchant » sans connaissance précise du but ou de l’itinéraire, le frein et la difficulté à s’investir était le besoin de savoir où on va avant de commencer.

Aussi avec tous ces freins, la question de se lancer dans un programme qui se construit en chemin, pour lequel il faut investir temps et de argent, sans garantie de résultat!!! 

Et pourtant c’est ainsi qu’une trentaine de participants ont accepté de jouer le « je ».
Pourquoi ? Tout simplement parce que, si le quoi et le comment n’était pas trçs précis, il y avait le pourquoi de chacun, qui a donné inspiration à entrer dans le « jeu » à la découverte de son « je ».

Attention tout ceci ne concerne que l’atelier « compagnonnage de soi ». La formation « coaching existentiel 2017 devrait pouvoir sortir de ce flou artistique.
Les 4 modules d’invitation restent ouvert, ainsi que nos échanges via les articles et commentaires.

Si vous êtes encore inspiré à poursuivre l’aventure en attendant les résultats des éclairages de mes méditations, c’est avec plaisir que je lirai votre pourquoi pas.  

Ceci est un appel à l’action, oui je veux dire que j’attends tes commentaires, ce que tu as aimé et ce que tu aimerais, voir un simple merci, ou une simple remarque. C’est juste en dessous, je compte sur toi
Et comme je l’ai écrit ailleurs, même si nous sommes pas nombreux, si on n’y voit pas clair, une petite lampe peux éclairer le chemin .
Attention! Vous recevrez les commentaires sur cette articles durant quelques semaine afin de suivre les réactions et d’y répondre de votre coté.

Bonne fête des lumières 5777, Bonne Année 2017  

4 Comments

  • Sonia Beigbeder

    Reply Reply 2 janvier, 2017

    Bonne annee a tous. j ai envie de vous de vous dire que quand il y a trop de porte ouverte on est perdu, quand.il n y a pas beaucoup voir aucune on l ai aussi. Peut-être que 2017 marqueras la fin de me livre de vie. Et la concretisation d autre pprojet. Jje pennse qu il est bon de faire table rase pour repartir du bon pied , quitte a tourner la page. Dans des domainne de notre vie passe pour ce consacrer a d autre. En gardant du moin l essence-ciel. J ai une question qui tarode vas ton etudier a nouveau les autre livre du raamhal, cela.m interesserais. Beaucoup , comme on dit chaque chose en son temps. Je vais finir deja les vidéo sur le tikkoun. J avoue que la kabbale existentiel a toute ca place le programme ccar elle y donne une ame , un aspect philosophique et nous pousse a la réflexion. Pour moi sa ete la base de mon compagnognage de soi. La partie central du coaching existentielle : Les exercice, permettrais dee mettre. Een valeur la symbolique des comme la lettres a dieu represente le vav, l echhelle de dills la lettre zain qui marque la renaissance ..ect mise en valeur d oulil du développement personnel pnl analyse transactionnel, … ect car il faut agir pour passer a l action.» Le sommet c est la logotherapie , la quete. Du sens, l Annalyse existenciel aspect fondamental du coraching existenciel. en tous cas c est comme caa que je l ai percus.
    A bientôt.

  • Christine

    Reply Reply 29 décembre, 2016

    Je n’ai pas fini mon « projet-sens » et je suis inspirée à poursuivre l’aventure, à être une petite lampe parmi les autres. Je prendrai ce qui est, au moment où ce sera, et je sais que ce sera parfait ainsi.
    Merci Elie.

  • Simone

    Reply Reply 28 décembre, 2016

    Je viens de visionner le 2e cours, je suis encore sous le choc d’avoir vu cet homme sans bras,sans jambes et cet enthousiasme, cette joie de vivre. Je suis sous le choc car je prends conscience du fait que j’ai tout, absolument tout et que je m’autorise à me plaindre de mes frustrations, de ce sentiment permanent de manque. La souffrance existe, elle est moteur et elle est bonne. A nous de l’utiliser.

    • leoguez

      Reply Reply 28 décembre, 2016

      Je te propose de partager un article sur la souffrance, C’est un peu long mais le sujet est tellement central dans la condition humaine qu’il mérite qu’on s’y attarde un peu.
      Quand au manque, celui-ci est une nécessité pour nous ouvrir au besoin de changement et d’évolution. Je ne sais pas si tu as pu découvrir le manque ontologique dont je parle dans certaines vidéo sur le tsimtsoum.
      Bonne découverte … http://coachingexistentiel.com/souffrance
      Elie

Leave A Response

* Denotes Required Field